fbpx
Bodegas de Logroño

Huit bodegas pour comprendre une Œnopolis

Partagez sur les médias sociaux

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest

La capitale de La Rioja n’est pas seulement un cadre pour des dégustations de vins, ce n’est pas seulement un lieu où l’on peut apprécier l’une des appellations d’origine espagnole les plus réputées : c’est une Œnopolis, une ville qui vit par et pour le vin. Pour s’en convaincre, il suffit de visiter les établissements qui font partie de l’association Bodegas de Logroño.

« Zoon politikón ». Aristote en avait déjà une idée claire. L’être humain est un animal politique, c’est-à-dire social, lié à la polis, comme les Grecs anciens appelaient leurs cités. Plus de 2000 ans ont passé depuis que ces mots ont été prononcés, mais l’idée est toujours valable. Nous vivons dans des communautés, plus ou moins grandes, plus ou moins petites, mais des communautés tout de même. Des lieux qui nous imprègnent d’un caractère, d’une façon d’être.

Comme tout groupe, toute communauté a besoin d’un élément fédérateur, d’une colonne vertébrale qui lui donne un sens. Il est parfois difficile de le trouver, et il est souvent surprenant de constater à quel point il peut être difficile de se rendre compte de l’évidence. Ce n’est pas le cas de Logroño, une ville qui vit par et pour le vin, une Œnopolis.

Mais qu’est-ce que cela signifie d’être une Œnopolis? Tant de choses… Cela signifie quelque chose qui va au-delà de la traditionnelle dégustation de vin. Parler d’Œnopolis, c’est parler de société, de culture, de patrimoine, de tourisme, d’avenir, de ce qui fait de Logroño une destination incontournable. Une bonne façon de le comprendre est de visiter les « calados » locaux, des réservoirs souterrains utilisés pour stocker le vin qui était produit dans les maisons.

Ceux-ci, avec leurs nombreux exemples conservés, constituent une sorte de Logroño parallèle qui s’étend sous terre et peut être visité depuis différents endroits de la ville, comme la Casa de la Danza, le siège de l’UNED, le Collège des ingénieurs industriels ou la Casa Palacio del Marqués de Legarda. Il suffit de contempler les tuferas – échappements des gaz produits par la fermentation du vin – dans les rues Ruavieja ou Barriocepo pour se rendre compte de l’ampleur de l’industrie viticole dans la ville.

Especially interesting is the visit to the Calado de San Gregorio, a great size structure from the 17th century impeccably conservated. Ce lieu majestueux, qui ressemble plus à une église romane de plus de 30 mètres de long qu’à un entrepôt, est aujourd’hui un espace dédié aux expositions et à toutes sortes d’événements liés à la culture du vin. Logroño ne cesse de se réinventer.

Calado Casa de la Danza

Calado de Casa de la Danza.

Les temps ont changé et, contrairement aux années 1600, le vin local exquis ne vit plus sous terre dans la ville. Heureusement ou malheureusement, des méthodes de production plus avancées ont permis d’éloigner la production de vin des zones les plus densément peuplées.

Le fait que seules deux des huit entreprises qui composent l’association Bodegas de Logroño soient situées dans le centre-ville en est un parfait exemple.

C’est le cas des caves à vin historiques Franco-Espagnoles et de la beaucoup plus moderne Arizcuren. Le premier, fondé au cours de la dernière décennie du XIXe siècle, est le plus central de tous, à quatre minutes à pied de la Calle del Laurel, et a l’honneur d’avoir été visité par des personnalités comme Alfonso XIII et Ernest Hemingway lui-même, qui y est passé en 1956.

Le second, apparu en 2016, est né du projet personnel de Javier Arizcuren, engagé à récupérer les valeurs traditionnelles de La Rioja Baja et à préserver la mémoire et le patrimoine viticole de la Sierra de Yerga.

Non loin de là se trouvent les vignobles Viña Ijalba, accessibles à pied, mais déjà séparés de l’agitation de la capitale. En parler, c’est parler d’innovation et de respect de l’environnement. Son modèle d’entreprise a toujours été fondé sur ces principes, ce qui en fait un pionnier dans le domaine de la production de vin biologique.

On peut en dire autant de Campo Viejo, qui s’engage également en faveur de la durabilité et du patrimoine naturel de La Rioja. Son impressionnant siège, à 5 km de Logroño, ajoute la brillance architecturale au vaste catalogue de vertus de cette bodega de la Rioja. Son style, qui flirte avec le futurisme, est quelque peu similaire à celui d’Olarra, situé à l’autre bout de la ville et conçu en 1973 par Juan Antonio Ridruejo, qui a choisi de créer un b

âtiment parfaitement adapté à sa fonction viticole. L’élément le plus remarquable du bâtiment est une salle des tonneaux dont le plafond est constitué de 111 dômes hexagonaux pour éviter les changements brusques de température.

Dans un style radicalement différent, mais non moins beau pour autant, nous trouvons les bodegas Marqués de Murrieta, avec son vignoble de plus de 300 hectares situé autour du majestueux château d’Ygay, d’une grande valeur historique et culturelle. Le château, construit en 1852, donne son nom à son produit vedette, considéré par le Wine Spectator comme le meilleur vin du monde de 2020.

À moins d’un kilomètre se trouve l’autre domaine viticole portant un titre de noblesse, Marqués de Vargas. Inspirée par les châteaux français, l’entreprise se distingue par ses Réserves et Grandes Réserves, des vins en production limitée qui lui ont valu la prestigieuse qualification de « Vignoble Singulier ». En outre, elle défend le processus naturel de récolte du raisin, une tradition qui permet de souligner le rôle important que joue l’artisanat dans un monde de plus en plus rapide et impersonnel.

En plus d’être ouvertes aux visites touristiques, toutes les caves à vin mentionnées ci-dessus partagent la même passion : le vin, un produit auquel elles sont attachées, contribuant ainsi à renforcer le rôle de Logroño en tant que destination de référence au niveau international.

Le culte du vin, qui, à l’époque grecque, était incarné par Dionysos, Bacchus pour les Romains, et qui a ensuite été adapté au christianisme en tant qu’élément fondamental de l’eucharistie, trouve son meilleur exemple dans la bodega Ontañón, un temple du vin gardé par des sculptures de dieux et de héros qui rendent hommage à notre boisson préférée.

Mais tout ne se limite pas au vin ; cet espace organise également des expériences gastronomiques visant à donner un sens au concept de « jumelage », afin qu’aucun des cinq sens ne soit insatisfait. Encore moins si vous êtes près de l’Èbre et de ses vignobles, dans La Rioja, avec ses gens, avec leur façon de vivre, de manger, de boire, avec leur façon d’être ce qu’ils sont : les habitants d’une Œnopolis, une ville attachée au vin, une ville attachée à vous.

.

Ce qui vous intéresse

Un demi-siècle après sa mort, nous suivons les traces d’un grand mathématicien nommé Julio Rey Pastor dans les rues de la ville où il est né.
Le site de Monte Cantabria renferme encore de nombreux mystères qui restent à élucider, des pièces du puzzle de l’histoire de Logroño qui oscillent entre mythe et réalité.
Sur la façade d’un mur situé entre las calles Laruel y Bretón de los Herreros, une grande peinture y figure et rend un hommage bien mérité à l’écrivaine et activiste María de la O Lejárraga, l’un des personnages les plus méconnus et les plus fascinants de La Rioja.
Par son histoire, sa nature, sa diversité, son accessibilité et, pourquoi pas par sa taille, Logroño et ses alentours sont la destination idéale pour passer quelques jours en famille.
Comme chaque étape du Chemin de Compostelle digne de ce nom, la capitale de la Rioja possède des églises qui valent une visite. Dans cet article, nous vous proposons une visite dans le centre historique de la ville en passant par ses cinq églises les plus connues.
Déjà avant sa fondation, la capitale de la Rioja était un lieu de passage où l’histoire s’est arrêtée plus d’une fois.